Invitation au voyage

De Tolanaro à Berenty, Madagascar

Sifaka

1ÈRE ÉTAPE
du trip Tolanaro Tuliara par la côte. De Tolanaro à la réserve de Berenty et virée au Lac Anony et ses dunes

Depuis Antananarivo, un vol d’1 heure nous transporte plus de 1000 kms plus bas, tout au Sud de Madagascar, en région Anôsy (prononcez Anouch), à Tolanaro, ou Fort-Dauphin. Un cran au dessus pour la chaleur et l’humidité. 2 jours sur place pour découvrir le coin: les plages pour surfer, le Pic Saint-Louis qui domine presque la ville, les lagunes et la pointe d’Evatraha et la pointe de Libanona pour un coucher de soleil de bonne augure. Puis, on prend la route de Berenty, vers l’Ouest, pour rejoindre le pays Androy (prononcez Androï) et la réserve après plusieurs heures de 4×4 sur une route totalement défoncée, où alternent pistes de sable ou de terre et routes chaotiques creusées entre les derniers bouts de bitume qui survivent encore des année 60. Après Amboasary et le passage au dessus du fleuve Mandrare, on s’enfonce dans des champs de sisal (ou agave) à perte de vue pour rejoindre la fameuse réserve. Au programme, 2 jours d’observation rapprochée des lémuriens, plus lointaine des oiseaux et de la flore locale plutôt exotique. Puis une virée depuis la réserve pour se rendre sur le lac Anony (prononcez Anoune) et assister à une incroyable fin de journée du haut des dunes qui sépare le lac de la mer.


Carte de l’itinéraire

INDICATIONS
À la sortie de Tolanaro, prendre la N13. Rouler jusqu’à Amboasary et traverser le Mandrare. Un peu plus loin, juste après un radier (passage bétonné d’une ravine en V), tourner à droite et suivre la piste tout droit jusqu’à trouver une bifurcation à droite qui mène à la réserve.

Sur la carte générale, cette 1ère étape correspond à l’itinéraire tracé en orange. Zoomer pour voir le détail de l’étape.


Voir en plein écran


À voir, à faire

Tolanaro

  • La plage Ouest donne accès à une large baie où l’on peut surfer. Avec un peu de chance, nous avons pu voir au loin une baleine de passage. Sur le sable, sous un petit chapiteau, des combats de coq s’organisent.
  • La pointe de Libanona (prononcez Libanoune) se trouve à l’extrême Sud de la ville et sa petite plage (et son troquet) est idéalement placé pour le coucher de soleil.
  • Le Pic Saint-Louis peut se faire en une demi-journée. Une agression ayant eu lieu sur le site ien 2014, il est préférable de se faire accompagner par les villageois. Voir le topo du trek.
  • Un trek sur la pointe d’Evatraha (prononcez Evat’ch), à l’Est de Tolanaro, vaut le détour pour son coté sauvage et les vues panoramiques splendides. L’arrivée en bateau par la lagune fait partie aussi de l’aventure. Voir le topo du trek.

Berenty

Site très paisible et reposant, au coeur d’une forêt qui longe les rives asséchées du Mandrare. L’activité principale est l’observation sans s’énerver car ici, il ne fait particulièrement froid.

Les lémuriens ou makis en malgache, espèces endémiques de Madagascar, sont très présents sur le site et il est difficile de les rater. On peut voir de jour:

  • Les makis Catta, les moins farouches, qui viendront même piquer dans nos assiettes. Longue queue bariolé noir et blanc, le regard d’une peluche et parfois une miniature accroché sur le dos.
  • Les Sifakas, légèrement plus farouches, mais doté d’une technique de déplacement au sol absolument incroyable ! Ils se déplacent avec une sorte de pas chassés bondissants, les bras relevés au dessus des épaules. Et il sont une capacité de saut d’un tronc à l’autre également phénoménale. Bref on ne se lasse pas de les observer.
  • Les Guidj (orthographe incertaine), sorte de lémurien couronné, plus farouches

Et de nuit, à la frontale, on peut voir d’autres espèces, très farouche pour le coup, comme le microcèbe, minuscule boule de pic à la queue en spirale et aux grands yeux un peu exorbités et autres lépilemur sportif..

Des oiseaux, plus difficiles à observer, entre branches et feuillages dont le cuoi bleu, la huppe fasciée, l’aigrette, l’oiseau tisserand et ses nids chaussettes, le grand coucal ou Toloho, marron et noir..

Et aussi des arbres aux noms colorés: baobabs, tamarinier, moringa, pacha-podium, banian et l’Alluaudia, endémique de Madagascar..

Sans compter une tortue radiée qui passait par là et un croco heureusement coincé au fond d’un petit bassin..

Lac Anony

Le trajet depuis Amboasary est délicat et traverse des grandes propriétés de sisal. Le mieux est de se faire accompagner par un malgache du coin (demander à la réserve). Une fois au lac, longer la rive Est pour rejoindre la grande dune, du haut de laquelle on a un panorama imprenable sur le site. Sur le lac, on peut observer des flamants roses.


Images de Tolanaro et de la route vers Berenty


Images de réserve de Berenty


Images des dunes du lac Anony

Laisser un commentaire

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.

Subscribe to this comment feed via RSS

%d blogueurs aiment cette page :