Invitation au voyage

Via Giovanni Lipella, Tofana di Rozes, Cortina d’Ampezzo, Italie

EN BREF
Via ferrata Alpine
Trekking + 3000m
1300m de dénivelé +
K4 ou Difficile
5h à 6h (la boucle)
✭✭✭✭✭

Via ferrata majeure des Dolomites ! L’itinéraire, fantastique d’un bout à l’autre, passe par une galerie impressionnante de 150m de dénivelé creusée pendant la 1ère guerre mondiale avant de faire le tour du Tofana di Rozes pour mieux pouvoir gravir son sommet. Le panorama est exceptionnel, les massifs sculptés et cendrés sont d’une beauté quasi irréelle: parois striées recouvertes de trainées argentées, vallées aux teintes vertes intenses, roches orangées tachetées d’ombre et de lumière sous un ciel de nuages suspendus au raz des cimes. La voie est en plus variée, astucieuse et tellement logique pour accéder à la crête finale en traversant un amphithéâtre naturel spectaculaire. Du sommet, à 3225m, on peut admirer un tour complet d’horizon avec sous nos pieds les Cinque Torri et au loin le glacier de la Marmolada. Génial.


Carte & topo

ACCÈS
Entre le Passo Falzarego et Cortina d’Ampezzo sur la SR 48, avant d’arriver à Pocol, bifurquer sur la petite route qui monte sur 4 kms au refuge Angelo Dibona. Les 2 derniers kilomètres se font sur une piste stabilisée. Se garer devant le refuge (attention fréquenté !).

Extrait de Bergsteingen.com

Extrait de wsolji.eu.org


Descriptif

APPROCHE (50′)
Sortir derrière le refuge et attraper le sentier qui monte à gauche. 5′ après, bifurquer pour monter vers la base du Tofana. (panneau). Sentier raide en lacets courts et on rejoint après 30′ la base des falaises qu’on suit toujours à gauche. Plus loin, bifurquer à nouveau pour contourner le massif et rejoindre le départ et l’entrée de la galerie.

RETOUR (1h40′)
20′ de descente du sommet jusqu’au col puis on bascule coté Est sur un sentier en lacets courts, pas très confortable, avec pas mal de cailloux au sol et sous les pieds. Le vallon qui mène au refuge Guissani offre une vue incroyable sur le Tofana di Mezzo, sorti d’un décor hollywoodien d’une planète inconnue.

La voie est parfaitement équipée mais sans rien de plus que le câble qui fait office de ligne de vie. Il y a quelques passages difficiles ou délicats, d’autant plus si le rocher est humide. On grimpe souvent avec les prises offertes par le rocher, pour les pieds et les mains. Prévoir des gants indispensables et une frontale pour la galerie. Une paire de crampons peut être utile selon la période, notamment sur la partie finale à plus de 3000m.

Part 1 : la galerie et au-delà (45′)
Des échelles et on entre dans l’impressionnante galerie équipée de marches métalliques au départ puis à même le rocher plus loin. Ça monte et par endroit on doit se baisser pour passer. Il y a des recoins et quelques ouverture sur la falaise. La fin a été creusé en colimaçon (!!) et on sort à flanc de paroi 150m plus haut. Là le parcours traverse sur la paroi puis descend pour rejoindre un pierrier avec un pas final délicat et poli. Marcher alors pour traverser le pierrier plein Nord jusqu’à trouver un nouveau départ équipé de câble qui monte sur la paroi (plaque au nom de Giovanni Lipella).

Part 2 : la traversée ascendante (1h)
Cette partie consiste en fait à enchainer des séquences de grimpe assez verticales puis de traversée sur des vires pour s’enfoncer plein Nord. On découvre assez vite une vallée intérieure splendide. Plus loin on passe sous une cascade noire suintant d’eau, possiblement formant des stalactites par temps froid. Tout au bout de cette traversée/remontée, on arrive à un virage en épingle avec la possibilité de rejoindre facilement le refuge Giussani (échappatoire).

Part 3 : l’amphithéâtre (45′)
Le parcours remonte alors une série de vires plein Sud cette fois pour finalement trouver des passages équipés qui grimpe pour cette fois accéder à l’amphithéâtre. La séquence est délicate, avec plusieurs longueurs très verticales sur un rocher humide et glissant. Ça longe le cœur de l’amphithéâtre avant de sortir pour rejoindre le col et le début de la partie finale d’ascension jusqu’au sommet du Tofana di Rozes.

Part 4 : le sommet (30′)
Le sentier monte puis passe coté Ouest pour remonter jusqu’au sommet. Avec les nombreux passages, le terrain est un peu décomposé. Les vues sont spectaculaires et on sent le passage aux 3000m. Du haut, avec de la chance, panorama 360° sur les Dolomites.


Ressources

Les plus belles ferrata des Dolomites, le topo guide de Pascal Sombardier, présente une sélection des quelques voies les plus intéressantes du massif. Bien renseigné, avec des indications précises sur les parcours et des schémas des itinéraires, ce topo est une bonne base pour démarrer, pour faire le choix parmi la centaine de via ferrata de la région. Si les obstacles à franchir sont bien décrits, le guide ne propose pas de coter les voies en difficulté.


Le topo escalade & ferrata rassemble un bon nombre de voies, excepté sur la zone de Brenta. En escalade, il s’agit d’une sélection qui privilégie les grandes voies équipées ou en trad. Les cotations proposées pour les voies en trad sont, pour les quelques topos que nous utilisés, souvent peu cohérentes avec le niveau de grimpe constaté (des III qui valent des V, des IV- plus dure que des IV+, des IV+ qui valent des V+…). Donc méfiance et prudence avant de s’engager sur des voies de 500m…


Images de la ferrata

Laisser un commentaire

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.

Subscribe to this comment feed via RSS

%d blogueurs aiment cette page :