Dubaï, entre mer et désert

Publié le dans , emirats , dubai | 0 Comments

Dubaï depuis la mer

Après quelques années passées à Dubaï, il y a quelques photos qui trainent pour rendre compte de cette ville atypique qui pousse et se transforme sous nos yeux presque jour après jour. Capitale touristique des Émirats sans aucun doute, la cité construite entre la mer et le désert a de quoi surprendre. Les traditions bédouines, encore présentes dès que l’on foule les dunes alentours, s’est effacée devant une débauche de béton, de verre, de bitume et autres structures où s’agitent une population cosmopolite réparties en gros en 2 catégories: la main d’œuvre du moyen-orient et de la péninsule indienne, pauvre, qui met la main à l’ouvrage et fait tourner la boutique et les expatriés des pays riches qui font du business et profitent de leur argent, le tout sous les yeux et le commandement des Émiratis, aux manettes du vaisseau et du tiroir caisse. Au delà de ce constat, la ville a tout de même un certain nombre d’atouts culturels indéniables et notamment un énorme paquet de building dont les architecture sans parler de leur taille, sont unique en la matière. Mais il y a aussi l’autre Dubaï, en traversant la creek, celui de Deira et de Bur Dubaï, populaire, plus authentique, qui tranche sur l’image clinquante de la ville « moderne ». Et, à proximité, après pas plus de 30 minutes de route, on change de décor. Les dunes, splendides, offrent alors un espace naturel de grande beauté, le silence et le calme, bien loin du brouhaha interminable du Down Town.


Carte de la région


À voir, à faire

Jumeirah et Marina

Les 2 zones de building le long de la côte. Des constructions impressionnantes souvent de près de 400m de haut, et particulièrement la Burj Khalifa (828m), dont la visite à plus de 460m du sol vaut le détour, même si très cher, surtout en fin de journée pour une belle lumière et le passage progressif au mode nocturne de la ville. L’exposition en bas de la tour, qui retrace les étapes de cet ouvrage pharaonique, est très intéressant.

Les malls

Ils sont ici une institution et bien plus que des centres commerciaux, surtout quand il fait plus de 45° dehors. À l’intérieur on y trouve de tout, magasins bien sur mais aussi, pharmacies, cinémas, restaurants, expositions, sculptures et même patinoire ou piste de ski.. Le Dubaï Mail et le Mall of Emirates sont les plus réputés actuellement et sont absolument bondés de touristes toute l’année. Si vous deviez n’en choisir qu’un à visiter, le Dubaï Mail est celui qui offrent le plus de choses intéressantes: sculptures des plongeurs, aquarium géant, son et lumière au pied de la Burj Khalifa, souk reconstitué.

Les plages

Elles n’ont rien de fantastiques si ce n’est leur décor en arrière plan sur la skyline de building environnant. Les plage de Jumeirah et de Marina se valent, les plages du Al Mamzar Beach Park sont agréables car elles sont intégrées à un complexe public immense avec de nombreux espaces verts (5 AED pour entrer en 2017).

La Palm Jumeirah

C’est une espèce d’immense complexe résidentiel construit sur la mer et formant une gigantesque feuille de palmier, enfin si l’on regarde du ciel… Rien de particulier à voir si ce n’est de se rendre à l pointe la plus à l’Ouest, qui donne une superbe vu sur Jumeirah et ses building depuis la mer.

L’observation des oiseaux

C’est un truc étonnant et inattendu. Dans un petit refuge d’observation collé à la 2 fois voies de la E44, on peut observer des flamants roses, des hérons cendrés et bien d’autres bestioles de toute beauté, sur fond de sky line. Prévoir des jumelles tout de même ou un bon zoom de 300 pour bien voir.

Bur Dubai, La Creek et Deira

Ces 2 quartiers constituent en quelque sorte le vieux Dubaï et dévoilent une ville populaire bien éloignée du reste. Quartiers indien, pakistanais, petit musée de la cille qui reconstitue l’histoire des bédouins avant le pétrole, le passage en bateau de la Creek pour rejoindre le port coté Deira avec les énormes bateaux de bois peints en provenance de l’Iran valent la visite sans aucun doute.

Les dunes

Elles ne sont pas loin. Sur la route de Al Ain (E66) ou sur celle de Hatta (E44) ou encore sur la Kalba Road, on est vite perdus au milieu de l’immensité de sable. Même si ce sont de larges autoroutes qui découpent le désert, on peut facilement accéder à des pistes perpendiculaires, ou même s’arrêter sur le bord de la route, pour aller fouler le sable. La couleur des dunes changent assez vite et virent au rouge orangée, avec une lumière particulièrement belle en fin de journée.


En images

Laisser un commentaire

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.

Subscribe to this comment feed via RSS