Montagne Sainte-Victoire, circuit Sud-Ouest

Publié le dans , france , bouches-du-rhone | 0 Comments

Traversée de la Grotte aux Hirondelles


Découverte sportive et presque alpine de la Montagne Sainte-Victoire. Cet itinéraire qui combine plusieurs sentiers et passages équipés propose un circuit exigeant, aérien, avec de nombreux passages à grimper en libre (III/IV- max). Si tout peut être franchi sans matériel, il est préférable de prévoir un casque et de quoi équiper les sections les plus exposées. Le parcours est très varié alternant ascensions raides, dalles et couloirs à escalader ou à désescalader, passage dans une grotte, traversées et vires aériennes. L’orientation n’est pas non plus évidente en l’absence de balisage sur certaines section du parcours. Prévoir donc impérativement carte ou trace GPS et pas mal d’eau. Une rando montserratine par excellence !


Accès au site

Le site se trouve plie à l’Est d’Aix-en-Provence. Se rendre à Saint-Antonin-sur-Bayon, traverser le village (en venant d’Aix) et se garer juste après au parking des Deux Aiguilles.

Carte & Topo

Les tracés sur la carte, notamment sur les sections hors-sentier, sont indicatives. Les tracés sur les photos topos peuvent comporter des erreurs en raison de la distance du cliché.

Voir en plein écran

Description du parcours

Approche 20' à 30'

Du parking, traverser la route et partir sur le sentier plein Nord en suivant le balisage triangle bleu vers les secteurs de grimpe. Plus loin, après avoir traversé une zone de terre rouge, on monte sur une première vire pour croiser le sentier balisé en marron. Prendre à droite vers l’Est et après 200m environ, repartir à gauche sur un large sentier qui revient à l’Ouest en direction des falaises. Longer la base des rochers et suivre le balisage bleu jusqu’au secteur Rognures. Au bout, début de l’ascension dans un petit couloir bien raide.

Parcours 3h à 4h

L’itinéraire emprunte une combinaison de sentiers officiels (marron, noir, vert) et de sentiers visibles mais non balisés et de sections hors sentier. La carte ou la trace GPS s’avère bien utile pour trouver son chemin aux endroits clés. À l’engagement physique s’ajoute de nombreux passages exposés et aériens à négocier, équipés pour certains (Pas de l’Oppidum, Pas du Chat) ou en escalade libre ailleurs (III/IV max). Il semble recommandé de porter à minima un casque d’escalade et de prévoir corde et baudrier pour éventuellement assurer l’escalade sous le Pas de l’Oppidum ou les sections équipées. Aucun point d’eau en chemin, prévoir les réserves d’eau d’autant plus que toute la boucle est exposée au Sud, donc très ensoleillée.

Du 1er juin au 30 septembre, l’accès au massif est réglementé : heures d’accès limitées, interdiction partielle ou totale. Pour en savoir plus.

Partie 1 : Pas de l’Oppidum, Pas du Chat, Croix de Provence (1h à 1h30)

Escalader dans le couloir le plus à gauche (IV-) et au-dessus, en marchant un peu vers l’Ouest, un nouveau ressaut à escalader (III) sans difficulté. On arrive sous une grande dalle calcaire inclinée. La remonter puis emprunter une fissure en diagonale vers l’Ouest. Pour sortir, grimper 5 mètres sous un arbre, passage aérien et exposé mais sans difficulté (II/III). On débouche alors sur un petit replat derrière l’arbre, sous le Pas de l’Oppidum.

Le Pas de l’Oppidum est une petite section équipée de grosses chaines pour franchir une dalle assez raide et patinée. Ascension verticale puis horizontale pour sortir à droite et monter plus haut dans la broussaille. Continuer de monter raide entre rocher et végétation, sur une grande dalle inclinée pour croiser le sentier noir (gros cairn).

Là, monter plein Nord dans un pierrier qui file tout droit vers la paroi et le passage du Pas du Chat que l’on devine sous la crête. Ascension raide et soutenue sur le pierrier. On voit bien plus haut la grosse chaine et sa trainée blanche sur le calcaire. On arrive alors au niveau du Pas du Chat.

Le Pas du Chat est une autre petite section équipée de grosses chaînes qui permet de franchir la paroi finale donnant accès à la crête. 2 passages de chaîne, moins soutenus que ceux du Pas de l’Oppidum. Puis il reste à franchir la pente finale sans difficulté pour déboucher sur la crête, croisement avec le GR9 et Croix de Provence visible plein Ouest.

Marcher sur le GR9 vers l’Ouest pour rapidement monter sur le sommet de la Croix de Provence qui domine la région à 360° depuis ses 950m d’altitude.

Partie 2 : Grotte aux Hirondelles, Vire des Cantilènes (1h à 1h30)

Revenir sur ses pas depuis la Croix sur le GR9 et chercher depuis la crête coté Sud l’entrée de la Grotte aux Hirondelles, énorme trou dans la paroi qui permet de redescendre vers le sentier noir. S’engager dans la grotte par de petites désescalades pas très compliquées mais bien patinées. On sort au soleil coté Sud de l’autre coté. Descendre en suivant le sentier balisé noir et vert. On passe juste à coté du Gouffre de Garagaï puis ça descend raide sur le rocher, avec une petite désescalade puis dans un pierrier étroit. Attention, on trouve vite la bifurcation sentier noir / sentier vert. Rester sur le noir et traverser le pierrier vers l’Est. Plus bas, repérer des prises taillées dans la dalles pour les pieds et traverser pour remonter et passer une petite arête rocheuse. Delà, redescendre pour retrouver plus bas le sentier noir. Le suivre vers l’Est, repasser au niveau du pierrier qui mène au Pas du Chat.

Continuer sur le sentier noir et, au niveau d’un gros cairn, le quitter pour monter dans un vallon assez raide qui mène plus haut à un petit col sous la grande paroi du Signal, là où débute la Vire des Cantilènes. Pour rejoindre le petit col, grimper plutôt sur le coté gauche avec tout de même un ou deux passages de grimpe (III+). Filer ensuite en traversant pour passer le petit col. S’ouvre alors la Vire des Cantilènes.

La Vire des Cantilènes est un mini sentier suspendu sous la grande paroi du Signal. On marche entre la végétation d’arbustes qui marque le tracé d’une large plissure rocheuse en courbe remontante. Belle ambiance ! Au bout ça remonte en sous-bois pour finir sur un promontoire qui domine la vallée. Là, monter plein Nord et marcher ou escalader sans difficulté (III) pour remonter à nouveau jusqu’à la crête et le GR9.

Partie 3 : De la crête à la Marbrière (45′ à 1h)

Prendre le GR9 vers l’Est et marcher environ 500m. Chercher alors à droite, coté Sud, un petit couloir qui offre une possibilité de descente. Cette section se fait sur une mini sente à peine visible, sans marquage. Descendre dans l’étroit goulet en restant à gauche d’une arête rocheuse. C’est raide et assez instable. Laisser les brèches que l’on voit à gauche et descendre toujours prêt de l’arête qui va se terminer en dalle. Rejoindre le fil de l’arête et continuer de descendre au maximum. À l’extrémité Sud, il y a une petite lunule au sol. C’est l’endroit pour désescalader coté Est dans une fissure en forme de rampe sans vraiment de difficulté (III). On peut éventuellement poser une corde pour aider.

Traverser les dalles en suivant la fissure et rejoindre un petit col derrière une énorme dent rocheuse. Là, plonger coté Est dans le vallon ombragé. On retrouve un sentier pierreux pour une longue descente en lacets dans le vallon. On peut admirer de magnifiques parois aux contours ondulés. Avant d’atteindre le fond du vallon, traverser pour longer la base des grandes parois. Remonter un peu pour passer un col. Suivre à la base du Garagaï des Raspinas, où on peut voir un gros trou dans la paroi. Au bout, on trouve un petit couloir incliné dans la roche pour rejoindre un nouveau pierrier à dévaler jusqu’à rejoindre la Marbrière et le sentier marron.

Retour 20' à 30'

Reprendre le sentier marron au niveau de l’ancienne marbrière en filant vers l’Ouest. 2 grands lacets pour éviter la première barre rocheuse et le sentier revient en sous-bois vers le parking des Deux-Aiguilles. On peut voir d’en bas tout l’itinéraire parcouru d’Ouest en Est.

En images

Laisser un commentaire

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.

Subscribe to this comment feed via RSS