Le GR20 et ses variantes

Publié le dans , corse , calenzana | 0 Comments

Sur les crêtes entre la Punta dell’Oriente et le Monte Renoso


Grand classique parmi les classiques, le GR20 propose un itinéraire exceptionnel pour traverser la Corse du Nord au Sud ou l’inverse entre mer et haute montagne. Plus de 160 kilomètres de sentier, plus de 12 000 mètres de dénivelé souvent entre 1500 et 2500 mètres d’altitude, le parcours est engagé et s’adresse aux randonneurs expérimentés. Très fréquenté, le GR20 paye la rançon de son succès et pour s’échapper un peu, nous proposons ici un itinéraire alternatif avec de nombreuses variantes officielles ou non et l’ascension de sommets intéressants: Cirque de la Solitude, la Paglia Orba et le Capo Tafunatu, le Monte d’Oro, le Monte Renoso, le Monte Incudine. Ce topo présente le GR20 tel que nous l’avons réalisé de manière générale, toutes les étapes étant décrites plus en détails dans les posts qui vont suivre.


Accès au site

Si on décide de faire le GR20 dans le sens Nord-Sud, il s’agit de se rendre à Calenzana, à 14 kms au Sud de Calvi. Arrivés en ferry à l’Île Rousse, nous avons pu prendre un petit train pour Calvi et de là un taxi qui nous a déposé à Calenzana (40€ en 2021). Par le Sud, le village de départ est Conca, à quelques 30 kms au Nord de Porto-Vecchio. Des navettes font le trajet tous les jours pour se rendre au départ du GR20 depuis Porto-Vecchio.

Carte & Topo

Les étapes du Nord sont en bleu et violet, celles du Sud en jaune et bleu. La transition en rouge sur route marque la mi parcours, entre Nord et Sud. Les points orange indiquent les refuges et les sommets, placer la souris dessus pour voir s’afficher le nom.

Voir en plein écran

Description du parcours

Approche

Arrivé à Calenzana, se rendre dans le centre du village où l’on trouve rapidement des panneaux qui indique le départ du GR20. On le traverse pour sortir finalement par le Sud sur le sentier marqué de rouge et de blanc, début des 160 kilomètres !

Parcours

Le GR20 comprend 2 parties : la partie Nord de Calenzana jusqu’à Vizzavona plus abrupte, plus alpine et la partie Sud plus douce et ouverte de Vizzavona à Conca. Voici le choix des itinéraires et des étapes que nous avons réalisés.

Pour chaque étape sont indiqués :

■ la distance en kilomètres
■ les dénivelés positif et négatif en mètres (d+ et d-)
■ le point le plus haut de l’étape (alt max)
■ notre temps de marche sans les pauses

Ces données sont indicatives et on peut trouver des variations légères en raison de certaines sections hors sentier ou non balisées sur les fonds de carte.

Notre objectif n’était pas de faire le GR20 en en certain nombre d’étapes mais de choisir les itinéraires qui semblaient les plus beaux ou intéressants à parcourir d’où le choix de variantes alpines, de crêtes ou de sommets. Certains de ces choix nous ont amené à « doubler » des étapes officielles souvent parce que l’itinéraire choisi était plus direct, donc avec moins de distance mais parfois avec plus de dénivelé. Nous avons également évité de finir nos journées épuisés par trop de temps de marche afin de profiter chaque jour du spectacle, de prendre le temps de se baigner et d’admirer le paysage.

GR20 Nord

Étape 1 : Calenzana au refuge d’Ortu di u Piobbu (11,1 km, 1440 m de d+, 135 m de d-, alt max 1615 m, 5 heures)
Étape 2 : Refuge d’Ortu di u Piobbu au refuge de Carrozu (7,4 km, 640 m d+, 910 m d-, alt max 2025 m, 5 heures)
Étape 3 : Refuge de Carrozu au refuge d’Asco-Stagnu (4,9 km, 775 m de d+, 620 m d-, alt max 1980 m, 4 heures)

Topo des étapes 1, 2 et 3

Étape 4 : Refuge d’Asco-Stagnu au refuge de Ciuttulu di i Mori via le Cirque de la Solitude (13 km, 1625 m d+, 1060 m d-, alt max 2205 m, 8 heures 30)
Étape 5 : Refuge de Ciuttulu di i Mori au Castellu di Vergio via Paglia Orba et Capo Tafunatu (12 km, 700 m d+, 1290 m d-, alt max 2525m, 6 heures)

Topo des étapes 4 et 5

Étape 6 : Castellu di Vergio au refuge de Manganu (15,8 km, 610 m d+, 420 m d-, alt max 1870 m, 4 heures 30)
Étape 7 : Refuge de Maganu au refuge de l’Onda via la Pointe de Pinzi Corbini et la Punta di l’Altore (14,7 km, 1135 m d+, 1325 m d-, alt max 2210 m, 7 heures)
Étape 8 : Refuge de l’Onda à Vizzavona via le Monte d’Oro (11 kms, 945m de d+, 1430 m d-, alt max 2389 m, 7 heures)

Topo des étapes 6, 7 et 8

Total : 89,9 km, 7870 m d+, 7190 m d-, 47 heures

GR20 Sud

Étape 9 : Vizzavona au col de Verde via Punta Dell’Oriente et Monte Renoso (17,8 km, 1235 m d+, 1110 m d- alt max 2352 m, 8 heures 30)
Étape 10 : Col de Verde au refuge d’Usciolu (15,6 km, 1210 m d+, 750 m d-, alt max 1980 m, 7 heures)

Topo des étapes 9 et 10

Étape 11 : Refuge d’Usciulu au refuge d’Asinau via Monte Incudine (16,3 km, 870 m d+, 1080 m d-, alt max 2134 m, 6 heures)
Étape 12 : Refuge d’Asinau au refuge d’i Paliri via la variante alpine de Bavella (11,7 km, 600 m d+, 1090 m d-, alt max 1675 m, 5 heures)
Étape 13 : Refuge de Paliri à Conca (13,3 km, 325 m d+, 1130 m d-, alt max 1050 m, 3 heures 30)

Topo des étapes 11, 12 et 13

Total : 74,7 km, 4240 m d+, 5160 m d-, 30 heures

Total GR20 et variantes : 164,6 km, 12 110 m d+, 12 350 m d-, 77 heures


Équipement & matériel

Sur le GR20, le balisage rouge et blanc est permanent et globalement excellent. Il est difficile de s’égarer même si il y a des sections où il faut être attentif, notamment si la visibilité n’est pas bonne. On trouve aussi sur les étapes officielles quelques passages équipés de barreaux ou de chaînes pour progresser mais très peu.

Question matériel technique à prévoir, une paire de crampons légers est indispensable à cette période au moins et éventuellement une petite corde de sécurité de 20m pour réchapper si besoin. Le piolet en revanche ne nous semble pas indispensable mais peut éventuellement rassurer.

Question sac et poids du sac, cela dépend bien sûr du choix que l’on a fait de dormir en dortoir, en tente du PNRC ou avec sa propre tente, du choix de se ravitailler et de manger au refuge ou de gérer en partie u totalement les repas en autonomie. Partis avec notre tente (pour 2), un petit réchaud et du lyophilisé pour le midi, en comptant l’eau de la journée, nous étions entre 16 et 18 kg. En prenant d’autres options, on peut raisonnablement ramener son sac à 13 ou 14 kg.

Penser en tout cas qu’il s’agit de haute montagne et qu’il est impératif d’avoir des vêtements chauds, contre la pluie ainsi que les cartes nécessaires pour savoir où l’on se trouve et le chemin qu’il reste à parcourir. À ce niveau l’idéal est probablement d’avoir chargé sur son mobile la trace GPS du parcours complet afn de pouvoir se situer à tout moment en cas de besoin (ficher KLM sur MapsMe par exemple ou ficher GPX sur Iphygénie). C’est particulièrement utile sur les variantes non officielles et les passages hors sentiers.

La difficulté

Le GR20 s’adresse à des randonneurs expérimentés et entraînés notamment le Nord qui comporte de longs passages exposés, très accidentés où il faut poser ou s’aider des mains pour progresser (pas de II ou III). En tenant compte en plus du poids du sac et de la fatigue qui va s’accumuler, une expérience de montagne semble indispensable pour prendre du plaisir tout du long et ne pas se mettre en danger.

En juin, il y a des étapes avec quelques passages sur névé qui nécessitent une paire de crampons pour éviter de se faire peur, même si souvent les traces sont faites et la progression est facilitée.

Pour parcourir les variantes et les sommets que nous proposons ici, la difficulté croit avec par moment l’absence de balisage voir des sections hors-sentier nécessitant de savoir bien s’orienter et d’être à l’aise dans la recherche d’itinéraire alpin. Ces options comportent aussi des passages plus délicats à négocier, à escalader ou désescalader, et de longues portions exposées où il est interdit de tomber. Elles s’adressent donc à des personnes habituées à ce type de progression en autonomie et en altitude.

Les refuges

Il est interdit de bivouaquer dans le Parc Régional Naturel de Corse (PNRC) sauf urgence. Les nuits se font donc en refuge, soit en dortoir, soit en tente que ce soit celle du refuge ou la nôtre, option que nous avons prises pour plus d’autonomie. Le tarif en juin 2021 était de 7€ par personne pour bivouaquer avec sa propre tente au refuge (prix avec réservation sur le site de parc, 12€ si pas de réservation).

Les refuges du PNRC où nous nous sommes arrêtés sont très inégaux dans leurs prestations et ce à tous les niveaux : accueil, propreté, repas, situation, confort, sanitaires, alimentation. Douches froides ou chaudes, wc sommaire au toilettes sèches, repas basique voir minimal aux bons petits plats cuisinés, accueil froid voir paléolithique à chaleureux et avenant, terrain en pente avec des cailloux aux terrasses aménagées, alimentation plus ou moins conséquente pour se ravitailler. Cela semble dépendre des gérants qui ont à cœur ou non de mettre l’accent sur tel ou tel aspect du refuge.

Il existe aussi des Bergeries (non testées) et des refuges privés en chemin où l’on peut également bivouaquer et se restaurer : ainsi le camping du Castellu di Vergio, les refuges de Vizzavona et du Col de Verde, avec des prestations globalement supérieures aux refuges du parc pour quasiment le même prix (en 2021).

Les prix des repas et de l’alimentation de ravitaillement sont plutôt élevés (repas du soir entre 18 et 24€ en 2021) souvent sans la qualité ni la qualité de la prestation mise à part quelques exceptions. Les rechargements de batteries ou de téléphone sont aussi payantes : 1€ ou 2€ selon les refuges à moins de porter avec soi un panneau solaire autonome.


Retour

Arrivé à Conca, se rendre au bar du GR20 d’où partent les navettes vers Port-Vecchio (6,50€ en 2021). En juin, les navettes viennent sur demande, en juillet et août elles tournent à horaire régulier. Se renseigner au bar du GR20 de Conca.

En images

Petite sélection d’images du GR20.

Laisser un commentaire

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.

Subscribe to this comment feed via RSS